Mais qui sommes-nous, les parents qui n’arrivent plus à gérer ses enfants aux jeux-vidéos. En fait, c’est la faute d’internet tout cela, disons que l’on doit juste mettre la barrière aux bons moments.

Les jeux vidéo d’aujourd’hui

En réalité, les jeux vidéo des années 80 sont beaucoup plus éducatifs que ceux d’aujourd’hui. On parle bien du but et non pas de résolution d’image et d’autres options plus modernisées. Oui, les jeux vidéo sont de plus en plus vivant, et on ne s’étonne vraiment pas si les gadgets de la réalité augmentée peuvent avoir un grand succès. Mais ce qui n’est pas génial est qu’il n’y a plus de censure aux jeux vidéo, puisque d’ailleurs, tout peut se télécharger gratuitement, alors on n’arrive plus à contrôler les enfants. Et encore plus, que les tablettes sont également devenues les babioles des enfants, chacun est figé sur son téléphone et oublie la visite des grands-parents. C’est bien dommage, mais on peut bien devenir grand et avoir une bonne autorité aux enfants.

Exploiter à fond les vrais jeux vidéo

Si le GTA est interdit pour les enfants moins de 18 ans, il y a une raison. Beaucoup d’enfants ont encore cette image de tout prendre à la réalité tout ce qui se passe en virtuel, même devenir Spiderman d’un coup est un rêve pour beaucoup de petits garçons de moins de 10 ans. Il est donc plus rassurant de bien se renseigner sur les jeux vidéo accordés aux enfants. On peut bien survoler les sites des jeux vidéo pour sélectionner ceux qui sont plus orientés sur l’éducation, comme « farm frenzy », ou on devient gérant d’une ferme. Mais on peut aussi choisir les jeux prosociaux comme « animal crossing » où on essaie de devenir le maire de la ville, c’est un challenge. On peut aussi bien travailler la stratégie avec « Minecraft », ou jouer sur des jeux en équipe comme « FIFA » qui permet à chacun d’avoir une bonne personnalité envers autrui.

Mais on sait très bien qu’il n’y a pas que les jeux vidéo pour favoriser le développement des enfants, une sortie entre copains est agréable, ou même un week-end en famille dans un parc d’attractions qui ouvrent une autre déco que l’écran.